Une mascotte comme support de langage

(actualisé le ) par Anne ISSAC

Avoir une mascotte qui fait régulièrement la navette entre l’école et la maison est un bon support de langage. L’élève évoque ce que fait la mascotte à la maison et un adulte (enseignant, parent ou quelqu’un d’autre) prend en note ce que dit l’enfant et le transcrit dans le cahier de la mascotte.

Aucune obligation de remplissage à l’égard des familles. Si le cahier de la mascotte n’est pas rempli, c’est l’enseignant qui peut prendre en note (à l’accueil par exemple) ce que raconte l’élève.

C’est un moyen de mettre en oeuvre les préconisations suivantes énnoncées par les programmes :

"La participation effective des parents au projet d’école et plus largement à la vie de l’école est recherchée."

Échanger, s’exprimer

"Les enfants apprennent à échanger, d’abord par l’intermédl’adulte, dans des situations qui les concernent directement".

"Ils apprennent peu à peu à communiquer sur des réalités de moins en moins immédiates ; ils rendent compte de ce qu’ils ont observé ou vécu, évoquent des événements à venir, racontent des histoires inventées, reformulent l’essentiel d’un énoncé entendu. Ils acquièrent progressivement les éléments de la langue nécessaires pour se faire comprendre, c’est-à-dire pour : désigner correctement les protagonistes concernés, marquer les liens entre les faits, exprimer les relations temporelles par le temps adéquat des verbes et les mots ou expressions pertinents, situer les objets ou les scènes et décrire les déplacements de manière pertinente."

Contribuer à l’écriture de textes :
"Les enfants sont mis en situation de contribuer à l’écriture de textes, les activités fournissant des occasions naturelles de laisser des traces de ce qui a été fait, observé ou appris. Ils apprennent à dicter un texte à l’adulte qui les conduit, par ses questions, à prendre conscience des exigences qui s’attachent à la forme de l’énoncé. Ils sont ainsi amenés à mieux contrôler le choix des mots et la structure syntaxique. À la fin de l’école maternelle, ils savent transformer un énoncé oral spontané en un texte que l’adulte écrira sous leur dictée.
"

 Page de garde du cahier :

Certaines familles commentent avec leur enfant ce que fait la mascotte :

D’autres fabriquent une bande dessinée :

Certains font dessiner leur enfant et collent les productions dans le cahier de la mascotte :