CR_journées de formation T1 du module "Rapport au savoir"

par Pascal LEFORT

Stage T1, lundi 21 janvier matin, module « rapport au savoir »
Edith NAIL
 
 
Travail de groupes recherche sur 15’
Lister les causes de la difficulté scolaire
Comment les repérer ?
Les effets à court et moyen terme ?
 
Les causes
Le repérage
Les effets
Problèmes familiaux, économiques, de précarité,
Sociaux, psychologiques
Rôle d’élève pas compris par l’enfant
Attention, hyperactivité
Retard scolaire
Manque de maturité
Ennui
Lenteur
Orthophonie
Regard des parents sur l’école
Violence scolaire, victimisation
Santé
Déni des difficultés de la part des parents
Manque de sens donné aux apprentissages
Pédagogie inadaptée, pas de différenciation
Culture différente, éloignement de la culture familiale par rapport à la culture scolaire
 
Les évaluations
L’observation des élèves
Le comportement
Trouble de concentration
Lenteur
Dévalorisation
RASED, psychologue scolaire
Absentéisme
 
 
Absences répétées
Conflits avec les autres élèves
Auto dévalorisation
Violence
Démission face aux apprentissages
Perte de confiance en soi
Demande de présence de l’adulte permanente
Marginalisation
Maintien
 
 
Quand peut-on parler d’échec scolaire ?
Fin de scolarité obligatoire
Décrochage par rapport à la norme
L’échec est ce qu’on constate à la fin, c’est le résultat de la difficulté.
C’est en 5ème qu’on peut faire le constat d’échec, avant on parlera de difficulté.
 
Sur quelles difficultés l’enseignant peut intervenir ?
Les rythmes, la pédagogie, le sens des apprentissages, l’ennui.
 
Constat : on ne sait pas anticiper sur les obstacles que l’élève ne saura pas résoudre.
Repérer, analyser les difficultés possibles, à partir de la consigne suivante donnée à l’oral :
Remettre en ordre des étiquettes mots dans une phrase donnée à l’oral, ne contenant que des mots que l’élève sait lire.
 
· Segmenter la chaîne orale
· Mémorisation de la phrase
· Ecoute de la consigne, acoustique
· Vocabulaire lié à la consigne
· Organisation spatiale de la phrase
· Sens de la phrase
· Réinvestissement de ce qui a été fait auparavant
 
Comment définir la pédagogie différenciée ?
Proposer des activités adaptées au niveau de chaque élève, pour qu’il en tire bénéfice en terme d’apprentissage.
Comment s’y prendre ?
 
Les élèves ne sont pas difficulté partout. Il faut que les élèves travaillent sur le même objet d’apprentissage. Cela permet d’éviter de stigmatiser. On va adapter. On va travailler sur le même texte, ce sont les aides qui vont varier, la consigne, les modalités d’évaluation.
On propose une dictée différenciée. 3 variantes.
A partir de la dictée proposée, il va falloir entourer le mot qu’on entend
Un texte à trous
Une page blanche où il faut tout écrire
 
 
Analyse de la situation : comment aménager ?
Pas le temps de relire
Nécessité d’aménager le temps de travail
Nécessité de lire le texte avant la dictée
Différencier la taille des trous dans le texte à trous
Pour le groupe qui doit entourer un mot, choisir des mots avec une graphie proche.
Proposition de la « dictée sans erreur »
Ne pas varier systématiquement les formes des exercices mais amener les élèves à accéder à un autre niveau de compétence.
 
D’autres variables de la différenciation
Supports
Aides
 Compréhension de la consigne (illustration, verbalisation)
 Mémorisation
 Outils « techniques »
 Outils de références
Groupements
 Organisation du travail
 Tutorat
 Hétérogènes
 Homogènes _ besoins
D’autres pistes sont proposées aux stagiaires, en relation avec les documents EVABASE sur la différenciation. (Voir documents EVA BASE 2)
 
Mise en situation
Préparer une séance de 45’ pour la classe de votre choix, une seule discipline, un thème
Contrainte : 4 groupes de niveaux
Précisez :
Besoins à objectifs spécifiques
Mise en situation / bilan collectifs
Matériel
Aides méthodologiques
Contenus, description de l’activité
Critères d’évaluation
Le rôle de l’enseignant
Présentation libre, mise en situation possible

 
Stage T1, lundi 21 janvier après-midi, module « rapport au savoir »
Edith NAIL
 
Ecoute d’une chanson. Questionnaire sur la chanson, repérage d’informations sur les personnages.
Les réponses divergent, on est en situation de difficulté, on ne savait pas à quoi on devait être attentif.
La consigne d’écoute n’était pas définie.
 
Les situations de la différenciation : le tableau retient uniquement les objectifs et les pistes de différenciation.
 
Numération MS
Réaliser une collection qui comporte autant d’éléments qu’une collection donnée, jusqu’à 5
· Réaliser une quantité équivalente éloignée
· Réaliser une collection proche
· Réaliser une collection avec des boîtes à compter
· Réaliser une collection jusqu’à 3 avec l’aide de la maîtresse pour verbalisation
Les consignes diffèrent pour chaque groupe.
CP GS activité d’apprentissage de la cursive
Etre capable de copier un mot connu en cursive
On obtient une progression plutôt qu’une différenciation.
· Ecrire sur un support transparent
· Ecrire avec un modèle proche
· Ecrire avec un modèle disponible et distant
On peut ajuster chaque situation
· Point de départ de la trace
· Avec une ou plusieurs lignes
· Changer les plans, la taille, les supports
· Ecrire dans le vide, dans le dos
Le rôle du maître peut changer
· Verbaliser le geste
· Tenir la main
CP maîtriser le geste graphique pour écrire les lettres de l’alphabet
Recopier comme le modèle
· Ecrire la date et son prénom puis même travail que les autres
· Ecrire la lettre et la syllabe
· Ecrire des mots
· Ecrire des phrases
 
La résolution de problème en CP
La situation proposée ne se prête pas à la différenciation.
Ce1 mesures de longueurs
A partir de CAPMATH, la course aux escargots
Utiliser une unité pour mesurer un objet, comparer la longueur d’objets
Comparer 2 segments disposés aléatoirement
La situation ne se prête pas à la différenciation
Ce2, améliorer la « fluidité » de la lecture en s’appuyant sur les groupes de souffles
Tous les élèves ont le même texte mais avec un agencement différent.
Objectif : aller lire le texte à des CP
· Texte intégral
· Texte avec codes pour les arrêts
· Une phrase par ligne
Cm1 Apprendre à rédiger un CR d’expérience.
· Remettre des étiquettes dans l’ordre en mobilisant ce que les élèves savent des séances antérieures.
· Légender des illustrations
Restitution par écrit avec critères imposés
 
La situation problème :
C’est une situation qu’on peut se représenter.
Les enjeux de la situation d’apprentissage :
Savoir qu’il y a quelque chose à apprendre, ce qui permet d’en tirer un plaisir.
L’engagement est soumis à ce qui est lien avec la perspective du progrès.
Le postulat que « travailler et apprendre sont ennuyeux et doit être masqué par le projet » ne doit pas être adopté.
Les conditions matérielles ne doivent pas être omniprésentes et prendre plus d’importance que l’enjeu d’apprentissage (ne retenir que les éléments matériels de la tâche et non ce qu’on doit apprendre).
Lever la main et montrer une image peut être jugé par l’élève comme critère de réussite plutôt que prendre un indice dans une image et percevoir des enjeux de chronologie.
Il faut permettre aux élèves d’accéder au sens de ce qu’on leur fait faire, en verbalisant les enjeux au moment de la passation de la consigne.
Mettre en place chez les élèves un rapport positif au savoir, montrer que c’est utile, montrer qu’apprendre a du sens.
Les activités mécaniques ont aussi leur place dans l’apprentissage.
Différencier la mise en place d’un obstacle (ce qui doit être dépassé pour qu’il y ait apprentissage) et les obstacles liés à l’apprentissage (ce qui fait obstacle à l’apprentissage).
 
Bilan de la journée :
Ecrire ce qui est apparu comme important sur cette journée de formation, ce qu’on a retenu :
· La différenciation est une aide fournie aux élèves pour accomplir une tâche, il y a différentes variables dans la différenciation.
· Différenciation en faisant utiliser des stratégies spécifiques.
· En maternelle, constituer des groupes de compétences. Travailler avec des groupes homogènes. Tous les enfants simultanément sur un même enjeu.
· La différenciation concerne aussi les enfants qui ne rencontrent pas de difficulté.
· Les différentes façons de différencier.
· Reste à éclairer groupes de besoins et de niveaux.
· La différenciation ne concerne pas forcément tous les moments de l’apprentissage.
· Expliciter le sens de ce qu’on fait, changer ce qui est dit dans la consigne.
· Réflexion en petit groupe, pour apprendre à différencier et construire une progression.
· J’avais une conception erronée de la différenciation.
· Concrétiser la question de la différenciation, donner du sens aux activités.
· Agir sur plusieurs paramètres de la différenciation.
· Apprendre à anticiper pour préparer, expliciter l’objectif.
· La place de l’évaluation intermédiaire.
· Comment complexifier la tâche.