CR du module CASNAV du 14 janvier 2008

par Pascal LEFORT

Le CASNAV, le 14/01/2008, stage T1 2008, Argenteuil Sud
Intervenants, JC MACRET, B. HEBERLE-DULOUARD
 
Scolarisation des enfants du voyage et des nouveaux arrivants.
 
Le Val d’Oise est un gros département d’accueil : 1500 élèves/an.
Structures d’accueil :
31 CLIN
33 CLA
Essentiellement sur l’est du département
BO du 25/04/2002, texte de référence pour cet accueil.
 
Les nouveaux arrivants : jeunes qui arrivent sur le sol national pour un an renouvelable une fois.
* Si l’enfant a entre 3 et 5 ans, il sera scolarisé en maternelle et non en CLIN.
* Entre 6 et 10 ans, inscription en mairie puis sur l’école de secteur, avec soutien CLIN.
* Entre 12 et 16 ans, inscription au collège, passage par le CIO de son domicile.
* Au-delà, structures d’accueil en lycée.
* Pour les 11 ans, choix d’orientation vers le collège ou l’école primaire.
 
L’accueil : Ce qu’il faut expliquer aux familles en priorité
Accueil des familles, explicitation du système scolaire. Age de scolarisation, horaires, personnels, c’est la construction « espace, temps », visite de l’école, photos des référents de l’école.
Le statut social doit être renégocié. Il faut expliciter le rôle de chaque référent, interlocuteur.
Rappeler les droits de mixité, laïcité.
Reconstruire la scolarité de l’élève, l’histoire scolaire de l’élève. Cela ne peut se faire que dans le temps.
Les familles nouvellement arrivées viennent souvent avec un traducteur. Sinon, on mobilise des associations de quartiers. Par le CASNAV, on peut entrer en contact avec des traducteurs. On peut faire intervenir un traducteur privé en prenant soin de prévenir l’IEN.
Le choix de la nourriture sera respecté.
Par contre, la piscine est obligatoire. En cas de blocage, on rappelle les droits et les devoirs, l’IEN peut être alertée.
Le profil : sur le Val d’ Oise, ce sont surtout des regroupements familiaux mais aussi les enfants qui n’ont pas de papier. La scolarisation est un droit, c’est inscrit dans le code de l’éducation nationale.
 Attention, l’absentéisme peut être dû au manque de logement.
En cas de classe de découverte, il faut rester prudent, se tourner vers l’IEN. Risque de reconduite à la frontière des familles.
Toutes les informations ne peuvent être demandées lors de la première rencontre avec la famille, notamment sur la mise à jour des papiers, l’histoire familiale.
Il faut tenir compte des conditions de vie des familles pour comprendre pourquoi les devoirs ne seraient pas faits.
 
L’évaluation :
Difficulté quand on ne connaît pas la langue du jeune. Des outils en plusieurs langues existent
Par contre on peut prendre des indices pour savoir si l’enfant a été scolarisé.
  • Tenue des outils.
  • Les mathématiques ont des systèmes divers, comme pour la soustraction (Sri Lanka), poser en ligne ou en colonne n’existe pas dans d’autres cultures.
« Math sans parole » document pour évaluer, à partir d’un système de modèles.
  • En langue d’origine, « passerelle en 15 langues, évaluation passerelle en langue d’origine » permet de savoir si l’enfant a été scolarisé.
  • Le comportement de l’élève, dans la cour par exemple. Savoir s’il communique, reste seul dans son coin.
A partir de l’évaluation, on définit une progression.
Soutien de 12 heures maxi en CLIN, la première année, 6heures la deuxième. On trouve des CLIN fixes et itinérantes.
L’enfant reste dans sa classe d’origine dans les domaines disciplinaires où il est le plus à l’aise. La CLIN reste une classe ouverte. Le poste CLIN est un poste supplémentaire.
L’enseignante CLIN a des groupes différents mais garde des plages pour aller dans les classes.
L’enseignant CLIN a une certification « français langue seconde », l’enseignant de la classe ordinaire reste le référent de la classe.
 
Le profil des élèves : non francophones, scolarisés ou non dans leur pays d’origine. Présence possible de francophones non franco graphes.
La scolarisation :
Que fait-on en CLIN ?
Du français langue étrangère (le français parlé à l’étranger) « le français de communication » vers le français langue seconde. Entrée par l’oral mais très vite appui du support écrit.
Utilisation des flashcards, des étiquettes. Fréquence du lexique pour définir le vocabulaire de base.
Utilisation du lexique en structure.
Ce sont les verbes du 3ème groupe qui s’apprennent en premier.
Les actes de communication sont mis en avant, se présenter, dire d’où on vient, où on va.
On peut aussi prendre en compte la culture, la langue, de l’enfant, lire des contes par exemple.
 
Après la CLIN
Pas de rattrapage possible, de manière complète.
Il faut accepter ce décalage. Accepter de reprendre des compétences de C2 pour les maîtres des classes ordinaires.
Laisser aux enfants le temps d’apprendre.
Pour les non scolarisés dans leur pays d’origine on peut étendre la CLIN à 3 ans.
 
2ème partie
Accueil des enfants du voyage
C’est une mission du CASNAV depuis 2002, ex CEFISEM.
Les enfants du voyage sont des enfants français le plus souvent et de plus en plus sédentarisés avec des difficultés à rester scolarisés.
Ces enfants sont happés par la culture familiale.
Les T1 ont pour certains eu des expériences avec des enfants du voyage.
Pour ces enfants la scolarisation maternelle est difficile et discontinue.
La relation privilégiée avec l’enseignant est fondamentale.
La plupart des élèves ne vont pas au collège par refus des familles. Ils restent malgré tout soumis à l’obligation d’instruction.
Aujourd’hui la scolarisation est meilleure sur l’élémentaire. Certains sont inscrits au CNED.
Les familles en mobilité sont toujours en situation de rejet, la scolarisation est rendue difficile.
Peu de communes ont créé les terrains d’accueil. Ils sont mis à l’écart. La situation fait que la loi s’applique difficilement envers eux.
Le seul endroit de rencontre avec d’autres familles est l’école.
Le voyage fait partie de l’activité économique, pluri activité.
Le rapport à l’école dépend de la sédentarisation mais aussi du projet familial et de la relation à la population locale.
Il faut mettre en place un accueil positif pour que les familles mettent leurs enfants à l’école.
L’école est en contradiction avec leur activité économique. C’est une population chez laquelle l’illettrisme est total.
Recueil des représentations sur l’image qu’on a des gens du voyage. (la décharge, les poubelles, les espaces illégaux, pas d’eau courante)
Le statut social s’acquiert sur le matériel (grosse voiture, caravane…) chez les gens du voyage et non sur la réussite scolaire à long terme.
Pour les familles l’enjeu de l’école est le déchiffrement, l’alphabet. Ce qui s’apprend est dans la famille.
 
Les malentendus avec l’école :
Pour les familles, l’école doit enseigner les disciplines fondamentales le plus vite possible.
Prédominance des règles et de l’épanouissement dans le groupe.
Apprentissage par imitation, essai/erreur.
La manipulation de l’argent.
Univers langagier très naturel, il parle la même langue que nous avec quelques archaïsmes.
Pas de passage par l’adolescence.
 
Attitude à adopter par les enseignants
Comme pour les primo arrivants.
Sur le Val d’Oise, utilisation de MEDIAL pour l’évaluation.
Construction d’un projet pour cet élève en étant vigilant sur les absences.
Solliciter ces élèves qui ont tendance à se mettre en retrait.
Apprendre à conserver une feuille, à travailler sur la durée, donner des attitudes de travail.
Développer l’acculturation.